Derniers commentaires

bonsoir marie

Il faut que ...

12/05/2015 @ 22:09:09
par Admin


OU M ADRESSER car mon ...

07/05/2015 @ 20:41:53
par marie


OU M ADRESSER car mon ...

07/05/2015 @ 20:36:08
par marie


mon pere a prit ce ...

07/05/2015 @ 20:12:20
par marie


Calendrier

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
05 Mar 2014 - 02:11:25

MÉDICAMENTS : Comment Big Pharma fait sa loi

Polyarthrite


Le scandale du Vioxx, retiré du marché mondial en 2004, a-t-il servi de leçon aux experts de l’HAS, en charge du guide sur la polyarthrite rhumatoïde ? Cet anti-inflammatoire appartient à la classe des coxibs qui doivent permettre d’atténuer les dégâts sur la muqueuse digestive. L’agence européenne du médicament (EMA) a conclu en avril 2004 que les données disponibles sur les coxibs n’ont pas montré d’avantage gastro-intestinal significatif. En avril 2005, l’EMA affirme clairement que « l’augmentation du risque d’effets indésirables cardiovasculaires est un effet de classe des inhibiteurs de la COX-2 (les coxibs, ndlr) ». Ces effets ont conduit au retrait du Vioxx, mais son cousin le Célébrex est toujours commercialisé en France. Un pays qui étend par ailleurs les autorisations : « Alors que ces molécules présentent des risques avérés, et malgré le scandale Vioxx, les recommandations de la HAS et les autorisations récentes de mise sur le marché de ces médicaments paraissent difficilement compréhensibles », note Louis-Adrien Delarue. Le président du groupe de travail « polyarthrite » de l’HAS ne partage visiblement pas cette analyse. Ses liens étroits avec l’industrie aurait-il contribué à lui forger une autre opinion ? Sa déclaration publique d’intérêt n’a été remplie qu’à la date du 7 juin 2011, quatre ans après la publication du guide. Il faut dire que la tâche était particulièrement rébarbative, vu le nombre de ses collaborations avec les laboratoires fabriquant des molécules antirhumatismales, dont ce professeur avait aussi la charge d’estimer l’utilité au titre d’expert public… En filigrane, la thèse repose sur une question de fond : la HAS, mérite-t-elle toujours son nom d’« organisme public indépendant d’expertise scientifique » ? Elle se montre davantage juge et partie. C’est en tout cas une agence à surveiller de près, autant que sa cousine l’Afssaps qui n’en est pas à son premier coup bas. Cette dernière a accordé, en novembre dernier, une promotion interne à la personne chargée d’évaluer le Médiator jusqu’à son retrait… Promotion tout de même dénoncée par des journalistes de plus en plus aguerris aux scandales sanitaires, puis refusée par le ministre la santé.
Admin · 1182 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://vioxx.sosblog.fr/victimes-b1/MEDICAMENTS-Comment-Big-Pharma-fait-sa-loi-b1-p56.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)