Derniers commentaires

bonsoir marie

Il faut que ...

12/05/2015 @ 22:09:09
par Admin


OU M ADRESSER car mon ...

07/05/2015 @ 20:41:53
par marie


OU M ADRESSER car mon ...

07/05/2015 @ 20:36:08
par marie


mon pere a prit ce ...

07/05/2015 @ 20:12:20
par marie


Calendrier

Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Déc 2017> >>
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
Affichage des articles postés en: Mars 2017

07 Mar 2017 

anti-inflamatoires non stéroidien / AINS

Sept médicaments antalgiques, de la famille des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), figurent dans cette liste de 74 médicaments jugés plus dangereux qu'utiles.
Les 7 AINS plus dangereux qu'utiles sont :
Les coxibs :Célécoxib (Celebrex)Étoricoxib (Arcoxia),Parécoxib (Dynastat)Ils « "exposent à un surcroît d’accidents cardiovasculaires (dont thromboses et infarctus du myocarde) et d’effets indésirables cutanés par rapport à d’autres AINS aussi efficaces" ».
Les AINS :Acéclofénac (Cartrex ou autre)Diclofénac (Voltarène ou autre)Ils « "exposent à un surcroît d’effets indésirables cardiovasculaires (dont infarctus du myocarde, insuffisances cardiaques) et de morts d’origine cardiovasculaire par rapport à d’autres AINS aussi efficaces" ».
Le kétoprofène en gel (Ketum gel ou autre)« "Il expose à un surcroît de photosensibilisations (eczémas, éruptions bulleuses) par rapport à d’autres AINS topiques aussi efficaces." »
Le piroxicam par voie générale (Feldène ou autre)« "Il expose à un surcroît de troubles digestifs et cutanés (dont des syndromes de Lyell), sans être plus efficace que d’autres AINS." »

AINS : éviter les coxibs, le diclofénac et l'ibuprofène à forte dose
Des synthèses menées à partir de centaines d'essais ont montré une augmentation statistiquement significative des effets indésirables cardiovasculaires graves avec les AINS, en particulier avec les coxibs (étoricoxib (Arcoxia°), célécoxib (Célébrex° ou autre)), le diclofénac (Voltarène° ou autre) et probablement avec les fortes doses (2 400 mg par jour) d'ibuprofène (Brufen° ou autre) : augmentation des infarctus du myocarde, morts de cause vasculaire, et insuffisances cardiaques.

AINS : c’est pire que ce qu’on pensait !
Quelle que soit la classe des anti-inflammatoires (autres que corticoïdes), le risque d’infarctus dès la première semaine serait loin d’être négligeable, surtout si la posologie est élevée. En cas de traitement au long cours, le cap du premier mois passé, le risque ne semble pas s’aggraver. Un risque qui reste significatif, si on se réfère à leurs « rapports des chances » (odds ratio) respectifs : rofécoxib (1,58), naproxène (1,53), diclofénac (1,50), ibuprofène (1,48) et célécoxib (1,24).

Anti-inflammatoires, antichambre d’une mort prématurée
À partir de plus de 92 000 dossiers de personnes hospitalisées dans quatre pays (Allemagne, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni), il vient d’être établi que la prise d’un anti-inflammatoire non corticoïde exposait les personnes de 70 ans et plus à un risque accru d’insuffisance cardiaque, et ce, dans les deux semaines. Le risque varie d’une substance à l’autre. Parmi les 27 substances étudiées, 9 d’entre elles sont manifestement plus agressives : le diclofénac (Voltarène), l’ibuprofène (Advil), l’indométacine (Indocid), le kétorolac, le naproxène (Naprosyne), le nimésulide (Nexen), le piroxicam (Feldène), l’étoricoxib (Arcoxia) et le rofécoxib. Comme certains de ces médicaments sont en vente libre, le risque est encore un peu plus aggravé !